« Make healthy hydration the new norm »

Des besoins différents aux différents stades de la vie

Les besoins en eau évoluent avec le temps, alors quelle quantité d’eau nous faut-il à chaque étape de notre vie ?

Hydratation et personnes âgées

1.2.2-diff-needs-life-stages-elderly.jpg

En vieillissant, la teneur en eau de notre corps diminue, le risque de déshydratation augmente, et les conséquences en résultant deviennent plus sérieuses.

La déshydratation est associée à un taux de mortalité plus important chez les personnes âgées hospitalisées1 et peut précipiter l’hospitalisation d’urgence et augmenter le risque de séjours répétés à l’hôpital² ³.

La déshydratation est une cause fréquente d’hospitalisation des personnes âgées et constitue un des dix diagnostics les plus fréquents justifiant une hospitalisation aux États-Unis³.
Il est observé des taux de déshydratation plus importants chez les patients âgés dans les hôpitaux et autres établissements de soins².

La déshydratation est aussi associée à différentes morbidités, telles une cognition altérée ou une confusion aiguë, une chute ou une constipation.

Le coût associé à la déshydratation peut être très élevé : une étude menée en 1999 aux États-Unis a estimé les coûts d’hospitalisation dus à la déshydratation à 1,14 billion de dollars ($)⁴.

Pourquoi les personnes âgées sont-elles plus susceptibles d’être déshydratées ?
La teneur en eau du corps diminue approximativement de 15 % (environ 6 L) entre 20 et 80 ans.⁵ Avec cette diminution, le corps devient plus susceptible à la déshydratation dès qu’il subit une perte d’une petite quantité d’eau corporelle⁶.
Par ailleurs, il est fréquent que la sensation de soif diminue chez les personnes âgées ce qui a pour conséquence une consommation réduite de liquides⁷ ⁸.
La diminution de la capacité des reins à concentrer les urines et retenir l’eau en cas de privation d’eau constitue une autre conséquence du vieillissement.⁹ En addition, la capacité des reins à conserver ou excréter le sodium diminue avec l’âge¹⁰.

Différents troubles tels que des difficultés à avaler, une baisse de la mobilité, et des troubles de la compréhension et de la communication peuvent aussi résulter d’apports insuffisants en liquides. Des facteurs liés à la maladie, tels l’incontinence peuvent augmenter les pertes en eau. La déshydratation peut également être provoquée par une atmosphère surchauffée, un personnel soignant insuffisant, ou l’emploi de laxatifs ou de diurétiques¹.

Quelles mesures adopter pour prévenir la déshydratation de la personne âgée ?

La prévention se base principalement sur l’assurance d’un apport suffisant en liquides. Il est essentiel pour prévenir la déshydratation et diminuer les coûts en résultant dans les établissements gériatriques, d’alerter les personnes âgées, leurs familles et le personnel soignant sur les risques liés à la déshydratation et leurs conséquences¹ ¹¹ ¹² ¹³.

QUELQUES STRATÉGIES POUR FACILITER LA CONSOMMATION DES BOISSONS⁹ ¹¹

  • Offrir des boissons régulièrement tout au long de la journée
  • Rendre les boissons faciles d’accès toute la journée (au chevet ou au niveau de l’accoudoir dans les établissements gériatriques) en plaçant des récipients tels une petite bouteille d’eau ou une tasse anti-fuite
  • Encourager la consommation de boissons avec les médicaments
  • Privilégier les boissons préférées
  • Prescrire et veiller à une prise minimum de 1,5 L en période de risques accrus de déshydratation

Références